Ce mot fait bien entendu référence à la société Kodak. Fin des années 90, le numérique fait son entrée sur le marché de la photographie, la société Kodak, alors leader de la photo argentique ne voit pas les enjeux de cette innovation.

En 2012, l’entreprise déposera son bilan et fermera 13 usines. Un an après, la société Kodak est relancée et repart avec seulement 8 500 salariés (contre 64000 à son apogée). Pourtant, en 1975 Kodak inventait le premier appareil photo numérique, mais ne le commercialisera pas par peur de voir s’effondrer le marché de l’argentique.

Cette entreprise, forte de ses ressources et de ses compétences, leader sur son marché pendant des années a pourtant fini par sombrer par peur de l’innovation de rupture (créer un produit ou service rendant "obsolète" ceux qui existent déjà sur le marché).

L’assurance dans le flou de la Digitalisation

Face à l’arrivée de nouveaux entrants sur leur marché, les assureurs ont bien compris tout l’intérêt de digitaliser leur activité. Les compagnies d’assurance proposent ainsi des offres produits répondant aux besoins naissants de leurs assurés et développent en parallèle de nouveaux services dont la vocation est d’améliorer l’expérience client.

Mais ces changements cachent une toute autre réalité car la digitalisation ne consiste pas uniquement à réorganiser ou faire évoluer certains services. La digitalisation, c’est amener l’entreprise à son point de rupture pour insuffler un nouvel élan à l’ensemble l’organisation.

Il est temps pour les compagnies d’assurance d’engager leur véritable transformation, celle qui impactera incontestablement l’ensemble de leur organisation, leur stratégie mais aussi leur business model.

Assureurs : comment choisir les bons objectifs ?

Les assureurs doivent penser innovation de rupture et se demander non pas comment ils pourront répondre aux tendances du marché, mais en s’interrogeant sur la façon de bouleverser le secteur de l’assurance.

Il est important pour chaque compagnie d’assurance d’effectuer une analyse globale de son fonctionnement, son organisation interne, ses produits, son système informatique, etc.
La Kodakisation constitue un véritable risque et exige la plus grande attention de la part des compagnies d’assurance, car cette fois la menace ne viendra pas de l’extérieur.